Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/3f16ba7af938af1db4859be7cc846705/web/wp-content/themes/rttheme17/content_generator.php on line 123
17 Juin 2014
juin 17, 2014

Existe-t-il plusieurs types de DEA ?

0 Comment

En fait, par DEA, il faut entendre Défibrillateur Externe Automatisé (Et non automatique). Il existe dans les DEA, 2 catégories :
• Les DEA de catégorie 1 qui peuvent être utilisés par tout le monde ;
• Les DEA de catégorie 2 ne sont utilisables que par du personnel médical.
Dans les DEA de catégorie 1, il en existe 2 types :
• Les DEA full automatiques
• Les DEA semi-automatiques

Les DEA de catégorie 1 effectuent l’analyse du rythme cardiaque du patient de manière entièrement automatique. La seule différence entre les DEA full automatiques et les semi-automatiques concerne la délivrance du choc. En effet, comme son nom l’indique, le DEA semi-automatique, lorsqu’il détecte automatiquement la nécessité de délivrer un choc (en cas de fibrillation ventriculaire), nécessite l’intervention du secouriste qui doit appuyer sur un bouton pour administrer le choc électrique. Le fait que le DEA de catégorie 1 soit full automatique ou semi-automatique importe donc peu dans le processus de défibrillation. Ces deux « types de DEA » (full automatiques et semi-automatiques pour la délivrance du choc) ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients : – Le full automatique est plus approprié pour les personnes qui pourraient prendre « peur » lors de la délivrance du choc et qui éprouveraient donc une difficulté psychologique à prendre la « responsabilité » de délivrer le choc électrique. – Le semi-automatique permet de satisfaire la personne qui, lors du sauvetage d’une victime, désirerait garder un certain « contrôle » de la situation et une certaine obligation de concentration sur la victime. Le fait de devoir actionner le bouton permettrait à la personne de devoir garder davantage son « sang froid » et de ne pas céder à la panique. Il lui permettrait, de plus, d’être sûr qu’il pousse sur le bouton au moment où il n’y aurait pas, par exemple, une autre personne qui toucherait la victime. Si une personne touche la victime au moment du choc, d’une part, l’intensité du choc sur cette dernière est faussée, et d’autre part, elle recevra elle-même le choc, ce qui n’est pas recommandé. Dans le cadre de l’obligation pour les infrastructures sportives d’être équipées d’un DEA pour le 31 décembre 2013 mentionnée dans le Décret de la FWB du 25 octobre 2012 relatif à la présence de DEA de catégorie 1 dans les infrastructures sportives, il n’est nullement précisé si ce DEA de catégorie 1 doit être full automatique ou semi-automatique. Voir AR du 21 avril 2007 fixant les normes de sécurité et les autres normes applicables au DEA utilisé dans le cadre d’une réanimation.

Vous trouverez via ce lien la réglementations sur les défibrillateurs.